water_violet.jpg

J'aime 123bach alors Je partage !

FacebookTwitterGoogle Bookmarks

Ratu Bagus et le shaking

Ratu Bagus est un maître indonésien de la Joie et de l’Energie (On peut aussi dire que c’est un enseignant ou un « guru » pour reprendre le terme employé par les indiens mais qui n’a pas le même sens que celui qu’on donne au mot gourou en Occident).

Il vit dans un ashram (*) à Bali entouré de balinais et de personnes qui viennent du monde entier pour suivre ses enseignements et pratiquer le shaking (*Ashram : ermitage destiné aux exercices spirituels où le guru vit avec ses disciples).

Le shaking est une forme de méditation active qui consiste à secouer tout son corps. Il permet de remettre son ego ou sa personnalité à sa juste place et de laisser l’Ame être le maître à bord.

La vie à l’ashram est ponctuée par les sessions de shaking et une participation quotidienne aux tâches.

Il y a une obligation de séjourner 5 jours à l’ashram lors de la première visite, pour limiter le voyeurisme ou le consumérisme mais aussi parce qu’un temps d’adaptation est nécessaire.

Ce que je retiens de mon expérience à l’ashram

J’y suis allée deux années de suite en 2017 et en 2018 pour une durée de 10 jours seulement en tout. La plupart des personnes qui s’y rendent restent plus longtemps. Je rêve d’y retourner prochainement  pour un séjour plus long et j’attends de sentir un appel intérieur suffisamment clair pour prendre l’élan.

Je suis réceptive au taux vibratoire d’un lieu, je m’en suis tout simplement rendue compte dans divers endroits par rapport à mon état de fatigue. Quand je suis dans un lieu chargé en énergie, je le sens, je dors peu sans être fatiguée alors qu’habituellement j’ai besoin de dormir 9h par nuit. Je connais quelques lieux qui me provoquent cet effet et l’ashram de Ratu Bagus en fait partie.

J’ai pu observer mon état d’esprit changer au fil des jours. J’ai senti mon cœur s’ouvrir. Concrètement, voilà un épisode en lien avec l’ouverture de mon cœur : les premiers jours, l’attitude d’une personne me mettait en réaction et j’avais du mal à la supporter et à ne pas la juger. Au bout de quelques jours, sans que rien n’ait changé chez cette personne, ce ressenti a disparu et je l’ai vue sous un angle différent, je voyais ce qu’il y avait de beau chez elle et je regardais avec tendresse l’attitude qui m’avait agacée au départ. Ces mises en réaction déclenchées involontairement par une autre personne venaient en fait ébranler ma personnalité. J’aime bien, dans ce cas, parler de conflits d’egos ; eh bien je pourrais dire que j’étais passée au-dessus des conflits d’egos, ce qui est vraiment reposant. Cet état n’a pas duré indéfiniment mais après quelques jours passés à l’ashram, il était là et est resté durant tout mon séjour mais aussi un peu après.

Pendant mon deuxième séjour à l’ashram, j’ai pu observer avec surprise mes réactions. Là où habituellement je me serais inquiétée, j’étais rassurée. Je voyais l’idée de l’inquiétude passer devant moi et disparaître, je n’y pensais plus. J’étais dans une forme de Paix intérieure et j’étais assez détachée des états émotionnels. Je pourrais dire que j’avais la tête vide, le mental au repos. C’est un état que je trouve agréable et reposant. En même temps, mon intuition s’était développée, ce qui se manifestait par exemple par être sur le lieu d’évènements inattendus sans avoir été prévenue.

Quand je suis repartie la première année, j’ai longtemps ressenti un état de Paix profond qui restait inébranlé par les évènements extérieurs.

Il me restait 5 jours à passer à Bali et, avant mon passage à l’ashram, j’avais déjà anticipé comment j’allais occuper ces journées. Au final, j’ai totalement délaissé mon planning parce qu’il ne me correspondait plus, j’avais moins besoin de m’affairer en tout sens et il a suffi de peu de choses pour m’occuper. J’ai suivi un mouvement de Vie plus en adéquation avec l’instant présent, sans vraiment décider à l’avance. Je rêvais depuis longtemps de passer des vacances à me laisser porter par ce qui vient dans l’instant mais je ne l’avais jamais réalisé. Je garde en mémoire une sorte de magie vécue durant ces 5 jours.

La deuxième année, après mon départ, j’ai fait un rêve où je revoyais ma grand-mère avec qui j’ai grandi, je n’ai pas d’autres souvenirs de rêve avec elle. C’était plus qu’un rêve, c’était une vraie rencontre. Je me suis réveillée en pleurant, je venais de lui dire ce que je n’avais jamais fait de son vivant, que je l’aimais. Je sais, par expérience, qu’il est possible de rencontrer ceux qui sont partis suivant notre taux vibratoire, notamment s’il est suffisamment élevé. Je sais aussi que ces rencontres sont plus faciles en dormant car notre taux augmente à ce moment là. Je n’ai pas cette capacité en temps normal mais cette nuit là, je l’avais.

Deux ou trois jours après mon départ, sans que rien de particulier ne se passe, j’ai soudainement ressenti une Joie profonde et en même temps, je me suis mise à pleurer face à ce sentiment intense. Cet état était inhabituel (je l’avais déjà vécu une autre fois mais c’est tout) et marquant au point que je m’en souviens aujourd’hui encore avec précision, un peu comme s’il s’était ancré en moi.

Actuellement, je pratique le shaking tous les matins chez moi pendant un court temps, de façon à rester connectée le plus possible avec mon Ame.

Extrait du livre « Un an entre les mains de l’univers » de Thi Bich Doan, commenté sur la couverture par Christophe André.

La pratique du shaking : le shaking est une méditation bo-énergétique dynamique où l’on se secoue jusqu’à ce que l’énergie coule suffisamment fort pour guider les mouvements du corps. Si la personne qui shake lâche prise avec son mental, son corps peut bouger dans un état de non-contrôle ou de transe (rires, pleurs, sauts, tournoiements, gesticulations…) tandis que l’esprit reste parfaitement conscient de ce qui se passe. L’énergie ou la lumière qui circulent plus intensément à travers le corps vont nettoyer les blocages physiques, émotionnels et mentaux, comme un puissant jet d’eau. Le corps élève son niveau vibratoire jusqu’à pouvoir se transformer en pure énergie et il ne répond alors plus aux mêmes lois physiques. Le shakeur devient plus léger, vibrant. Il n’a plus mal, il peut se propulser et tomber d’un mètre cinquante sur du béton comme s’il atterrissait dans du coton. Les mêmes mouvements effectués dans un état normal sont soumis à la gravité, à la douleur et une chute donnerait lieu à des blessures. L’énergie universelle qui traverse le pratiquant est une forme d’intelligence supérieure ou divine qui sait exactement ce dont celui-ci a besoin. Plus le pratiquant se fait confiance et fait confiance à l’enseignant ou à l’énergie, plus il se libère de ses blocages et peut entendre son âme, qui est, au niveau ultime, son seul et véritable enseignant.

 

Site officiel de Ratu Bagus : https://www.ratubagus.com/francais

27/06/2019