mimulus_guttatus_ziedas.jpg

L'unique personne qui t'accompagne toute ta vie, c'est toi-même alors prends soin de toi.

J'aime 123bach alors Je partage !

FacebookTwitterGoogle Bookmarks

Rechercher

Le caisson d'isolation sensorielle

Le caisson d’isolation sensorielle

Quèsaco ? C’est, comme son nom l’indique, une « boîte » dans laquelle on entre et où nos sens sont isolés des stimuli externes.

Comment est-ce possible ?

  • Exit les stimuli visuels puisqu’on se retrouve dans l’obscurité la plus totale.
  • Exit les stimuli tactiles, en grande partie, puisqu’on flotte dans une baignoire à température corporelle grâce aux sels d’Epsom contenus dans l’eau.
  • Exit les stimuli auditifs puisqu’il n’y a pas de musique et on peut même rajouter des boules quiès pour réduire au maximum les sons venant du dehors.

Cela vous évoque-t-il quelque chose de connu ?!!!!

Eh bien oui, on peut facilement imaginer que le cocon de notre vie intra-utérine est recréé.

Oh là là, mais qu’est-ce qui se passe quand on n’a plus rien à faire ???

Cela va dépendre de chacun et chaque flottaison sera différente, c’est pour cela que le mieux est d’expérimenter.

Certains verront peut-être leur cerveau faire du tri et du vide, d’autres leur créativité stimulée, d’autres encore feront des voyages imaginaires.

Fermé dans une boîte, c’est un peu stressant, non ?

Pas de panique, à tout moment, on peut ouvrir le caisson de l’intérieur.

Quels sont les intérêts ?

  • Se détendre tant au niveau musculaire que mental.
  • Refaire ses réserves en magnésium et en soufre grâce aux sels d’Epsom.

D’où cela vient-il ?

Le caisson a été développé en 1954 par le neuropsychiatre John C. Lilly. L’objectif était de mieux comprendre le fonctionnement du cerveau. C’est seulement dans les années 70 que des études ont démontré les effets bénéfiques du caisson sur la santé d’un point de vue global.

Alors, au final, où peut-on expérimenter une séance de flottaison ?

En France : à Bordeaux, Die, Grenoble, Lille, Paris, Rueil-Malmaison ou à Toulouse.

Les propos suivants sont issus du site : https://www.meiso.fr/la-flottaison/

L’isolation sensorielle : Nous sommes en adaptation permanente aux stimuli transmis par nos 5 sens. Ce que nous voyons, entendons, sentons est sans cesse interprété par notre cerveau. Lorsque nous nous trouvons protégés de ces stimuli extérieurs, notre cerveau peut entrer dans une fréquence d’ondes cérébrales différente (thêta) propre à l’état méditatif. Cet état est idéal pour se ressourcer, mais aussi pour apprendre, pour explorer son imaginaire et sa créativité.

L’effet d’apesanteur : La plus grande partie de notre activité cérébrale est dédiée à l’équilibre face à la force de gravité. En flottant sur une solution d’eau saturée en sel de magnésium la gravité est réduite de 80%, libérant ainsi nos ressources mentales pour d’autres activités. Les douleurs musculaires et articulaires sont soulagées par cette sensation d’apesanteur.

L’activité de notre cerveau s’observe aux fréquences électriques qu’il produit. La fréquence thêta (de 4 à 7hz) est reconnue comme celle des rêveries très brèves qui apparaissent avant de s’endormir, tout comme celle de l’état méditatif et introspectif. Ces fréquences thêta apparaissent lorsque le corps, les émotions et les pensées sont relâchés. Pour les novices, elles nous entrainent directement vers l’endormissement. La flottaison facilite justement l’apparition de cette fréquence cérébrale et empêche (ou retarde pour d'autres) l’endormissement. Certains voient cela comme une façon d’économiser 20 ans de monastère Zen, mais comme tout entrainement, cela n’arrivera pas forcement en une séance, et d’une personne à l’autre, d’un jour à l’autre, les expériences sont totalement différentes.